radio,radiodiffusion,station,émetteur,radio pirate, radio offshore,

publication du

FRANCE RADIO CLUB


RADIO CAROLINE: UNE LEGENDE, POURQUOI?


Pages en français:

Les années 60:
Son "histoire extraordinaire" (Georges Pernoud, Thalassa-France 3) a commencé le jour de Pâques 1964 à partir du MV Caroline, ancré dans l'estuaire de la Tamise:

Son exemple est suivi et elle est rapidement rejointe par d'autres navires qui servent de base d'émission pour d'autres stations offshore comme Radio London. Une autre station offshore, Radio Atlanta, rejoint Radio Caroline en mai 1964 avec son navire le MV Mi Amigo:

Quelques mois plus tard,les deux stations fusionnent et Radio Caroline émet à travers deux navires, l'un au Nord et l'autre au Sud de l'Angleterre. En 1964, Radio Caroline invente un concept totalement nouveau : une radio libre, commerciale, musicale et européenne. C'est aussi le premier réseau radiophonique indépendant. Le succès de la station est immense : officiellement, on reconnaît une audience de près de 10 millions d'auditeurs dans les semaines qui voient le lancement de la station.

Bienvenue

Contenu pages françaises

Catalogue

FAQ

Abonnements

Radio Caroline

Contacts

Accés au magazine français
(version numérique en ligne réservée aux abonnés)

Pages en anglais:

Site OEM

Radio Caroline Story

Laser 558 Story

Laser Hot Hits Story

Radio England Story

Les Forts Radios

Indicatifs Offshore

Mais le gouvernement anglais, et d'autres en Europe, n'apprécient pas du tout la liberté de Radio Caroline qui apporte joie, musique et aventure à toute une génération. En août 1967, le gouvernement anglais passe une loi qui rend illégal tout support à une station offshore. Toutes les radios offshore se taisent, forcées au silence. Toute, sauf une : RADIO CAROLINE.
Mais lutter comme un gouvernement et la mer du Nord n'est pas toujours facile et Radio Caroline quitte les ondes en mars 1968. Les Anglais pensent alors que s'en est fini de la flibustière des ondes. Pour faire passer la pilule, Radio One est créée, une pâle copie des radios offshore et qui ne plait pas à grand monde…

Les années 70
Alors que les deux ex navires de Radio Caroline attendent aux Pays Bas, un néerlandais rachète le Mi Amigo et ce dernier revient sur les ondes au large des Pays Bas en 1972. A la grande joie des auditeurs et au désespoir des gouvernements européens, Radio Caroline est de retour. Innovant à nouveau, elle crée un format musical totalement nouveau : sa programmation n'est composée que d'extrait d'albums. La station devient le rendez-vous incontournable des amoureux de musique qui y découvrent plusieurs mois à l'avance les dernières productions des grands groupes de l'époque. Des radios néerlandaises émettront depuis le navire Mi Amigo, dont la plus connue, Radio Mi Amigo.

Les années 80
En mars 1980, la Mer du Nord réussit à faire ce que les gouvernements n'ont jamais réussi : le Mi Amigo coule dans une terrible tempête.

Beaucoup se disent que cette fois, l'histoire est achevée pour Radio Caroline. Mais c'est sans compter sur l'opiniâtreté de son fondateur, Ronan O'Rahilly et du formidable soutien des auditeurs de la radio offshore. En 1983, Radio Caroline revient avec un nouveau navire, le Ross Revenge. C'est la plus fantastique machine radiophonique flottante construite à ce jour. Un mat antenne de 100 mètres de haut, des kilomètres de câbles pour le soutenir et des centaines de tonnes de ballast pour l'équilibrer:

Radio Caroline continue d'innover en couplant son émetteur d'un système révolutionnaire totalement inconnu en Europe : le traitement de son. Ainsi, le meilleur signal radiophonique des ondes moyennes en 1983 est celui d'une station qui émet depuis un navire au milieu de la mer : Radio Caroline est de retour, entamant sa troisième décennie d'émission libre.

Mais le besoin de bâillonner Radio Caroline reprend de plus belle au sein des gouvernements anglais et européens. Le 19 août 1989, les autorités anglaises et néerlandaises organisent l'arraisonnement du navire émetteur avec une quarantaine d'hommes en armes. Le navire est saccagé, l'équipement détruit et l'équipage violenté.

Malgré cet acte de piraterie digne d'un autre âge, la station revient sur les ondes grâce à l'aide des auditeurs. Le gouvernement anglais est humilié et il réagit en légalisant l'illégal : il vote une loi l'autorisant à aborder n'importe quel bateau, n'importe où, en protégeant les abordeurs d'une immunité totale, sur le simple "soupçon" de contenir des émetteurs.

Les années 90
En novembre 1990, Radio Caroline se tait, épuisée par un terrible siège et acculée par une loi scélérate.

Un an après, le navire de Radio Caroline s’échoue et il est forcé à rentrer au port. Prisonnier des autorités, aux mains de personnes qui ont abandonné le projet de radio libre et offshore, le navire ne reverra jamais la mer. Ceux qui occupent le navire émettent sur satellite sous le nom de Radio Caroline. Prendre le nom de Radio Caroline est à la portée de tout le monde… mais que dire lorsque l’on se prétend  être La Radio Caroline en étant prisonnier des autorités anglaises et depuis la terre ferme ? Radio Caroline, c’est en mer, libre et rien d’autres. Ou alors, ça n’est pas Radio Caroline !

Est-ce la fin de Radio Caroline ? Non car bien des gens rêvent de revoir la station légendaire reprendre la mer afin de témoigner de ce formidable combat pour la liberté des ondes.

Si la radio a suscité tant d'enthousiasme au début des années 80, la population la plus importante en Europe est désormais celle des "déçus de la radio". Ils sont des millions à en avoir assez de ces radios qui disent toutes la même chose, de la même façon et en exploitant l'auditeur comme "une part de marché". Ils veulent une radio qui leur permet de rêver en fournissant musique et plaisir mais aussi aventure et nouveauté.

Musique, rêve, aventure, innovation… Radio Caroline.